Galerie

PRISONNIER PARCE QU’IL REFUSE DE VENDRE LA TERRE SAINTE AUX COLONS JUIFS ! — ΑΙΧΜΆΛΩΤΟΣ ΕΠΕΙΔΉ ΑΡΝΕΊΤΑΙ ΝΑ ΠΟΥΛΉΣΕΙ ΤΟΝ ΆΓΙΟ ΤΌΠΟ ΣΤΟΥΣ ΕΒΡΑΊΟΥΣ ΕΠΟΊΚΟΥΣ !


Voici quatre ans que dure le calvaire du Patriarche Irinaios à Jérusalem , il est prisonnier des autorités Israéliennes dans sa propre maison et démis de ses fonctions de Gardien de la Tombe du Christ car il refusait de vendre la Terre Sainte aux colons . Depuis des années il est ravitaillé de nuit par des fideles et amis Arabes . Sa situation n’a pas l’air d’émouvoir les organisations dites humanitaires alors qu’ils versent des larmes de crocodile pour défendre « les droits » de criminels . Il est vrai qu’il est de mauvais ton de critiquer Israël même quand ils tuent des enfants , à plus forte raison quand il ne s’agit « que » de séquestrer un Patriarche . Malgré tout des voix s’élèvent parfois sur des sujets très peu médiatisés comme l’article paru dans le Jerusalem Post (bas du message) .

Il faut rappeler aux croyants ainsi qu’aux laïques qu’un homme est littéralement incapable de sortir de chez lui depuis quatre ans . Ses droits les plus élémentaires sont quotidiennement bafoués pour des raisons politico-financieres , son « successeur » est illégalement « élu » avec la bénédiction d’Israël et du « Gouvernement de Trahison Nationale Grec » tout aussi illégal que le successeur d’Irinaios . Entre escrocs l’entente est parfaite !

===================================================================================

Η δοκιμασία του Πατριάρχη Ειρηναίου στην Ιερουσαλήμ διαρκεί εδώ και τετραετία , είναι φυλακισμένος από τις ισραηλινές αρχές μέσα στο σπίτι του και απομακρύνθηκε από τα καθήκοντά του σαν Φύλακας του Πανάγιου Τάφου επειδή αρνήθηκε να πωλήσει τους Άγιους Τόπους στους Ισραηλινούς εποίκους . Για χρόνια ανεφοδιάζεται την νύχτα από πιστούς και φίλους Άραβες . Η κατάστασή του δεν φαίνεται να συγκινεί τις λεγόμενες ανθρωπιστικές οργανώσεις που χύνουν κροκοδείλια δάκρυα για να υπερασπιστούν « τα δικαιώματα » εγκληματιών . Είναι αλήθεια ότι είναι παράλογο να επικρίνουμε το Ισραήλ ακόμη και όταν σκοτώνει παιδιά , πολύ περισσότερο όταν είναι « μόνο » για την απομόνωση ενός Πατριάρχη . Ωστόσο, υπάρχουν φωνές μερικές φορές σε γεγονότα με πολύ μικρή κάλυψη από τα μαζικά μέσα ενημέρωσης , όπως το άρθρο της εφημερίδας Jerusalem Post (κάτω μέρος του μηνύματος).

Θα πρέπει να υπενθυμίσουμε στους πιστούς και μη πώς ένας άνθρωπος είναι κυριολεκτικά ανίκανος να βγει από το σπίτι του εδώ και τέσσερα χρόνια . Τα πιο βασικά δικαιώματα του παραβιάζονται καθημερινά για  πολιτικό-οικονομικούς λόγους , ο «διάδοχος» του είναι παράνομα « εκλεγμένος » με την ευλογία του Ισραήλ και της «Ελληνικής Κυβέρνησης Εθνικής Προδοσίας» παράνομη όπως και ο διάδοχος του Ειρηναίου . Η συνεννόηση μεταξύ απατεώνων είναι τέλεια !

—————————————————————————————————————————————————-

Ousted patriarch behind locked doors in Jerusalem

By ASSOCIATED PRESS
LAST UPDATED: 01/07/2011 10:13

Former Greek Orthodox Church Patricarch Irineos I claims new patriarch imprisoned him because he sold east Jerusalem land to Jews.

Former Greek Patriarch Irineos IPhoto: AP

Six years ago he was the patriarch of the Greek Orthodox Church in the Holy Land. Today, Irineos I claims he is a prisoner in the church’s Old City compound in Jerusalem, trapped by the successor who ousted him in a dispute over the sale of church property to Israeli settlers.Reporters who tried to gain access to the onetime leader of the Holy Land’s 100,000 Orthodox followers through the compound’s massive metal door were denied entry by church guards peering out through a crack.RELATED:
Orthodox Christmas continues in the Holy Land
PA ‘surprised’ at Greek Orthodox Church in Wadi Kelt

Irineos spoke to The Associated Press on Thursday through a wireless microphone hoisted at the end of a rope to his roof — in the same black shopping bag supporters use nightly to deliver him groceries.

« They allow nobody out and nobody in to visit me, » said Irineos. « They are afraid of the people because I’m loved by the people, and I love the people, » he said into the microphone, peering over the edge of his roof.

It is a harsh comedown for a man who ruled his flock for four years as a revered spiritual figure.

Irineos said his successor, Theofilos III, will not allow attorneys, doctors or visitors to enter the home he has lived in for almost 40 years. He said he’s been trapped there for three years for refusing to concede the patriarchate.

Senior church officials denied he was under house arrest, but others say he is indeed being held against his will.

The church deposed Irineos in 2005 over allegations he signed a land deal handing over prime church properties to Jews who seek to increase their presence in predominantly Arab east Jerusalem, which Palestinians want for capital of a future state. Irineos refused to recognize his ouster.

Palestinians consider sale of land to Jews a serious crime, and most Orthodox Christians in Jerusalem are Palestinians.

Irineos maintains he was unaware of the transactions and did nothing wrong. A report commissioned by the Palestinian Authority in 2005 concluded he didn’t participate in any of the sales. When he was deposed, his defenders said the land sale charges were trumped up by his political opponents.

« I ask God every day to reveal the truth, » he said. « There is no patriarch. I’m the patriarch. »

Political feuds inside the Greek Orthodox community, always complicated, have turned vicious in recent years.

The number of Christians in the West Bank and Jerusalem has been dwindling for decades, as followers seek better economic opportunities elsewhere. Also, Christians speak of persecution by the Muslim majority in the West Bank, but always anonymously, fearing retribution.

Irineos’ replacement was not recognized by the three governments with jurisdiction over the patriarchate — Israel, Jordan and the Palestinian Authority — until 2007.

A senior patriarchate official in Athens, Greece, denied Irineos was under house arrest, and several top aides to Theofilos declined to comment, other than to call Irineos a liar. Theofilos made public Christmas appearances Thursday in Bethlehem, but was unavailable for comment.

Two officials close to the Jerusalem patriarchate, one a prominent bishop who spoke on condition of anonymity for fear of retribution, confirmed Theofilos is holding Irineos against his will over their feud and fears Irineos will try reclaim his old position.

« The new patriarch is punishing the old one, keeping him behind closed doors to secure his position, » said Marwan Tubasi, head of the Council of Arab Orthodox Organizations and a Palestinian Authority official who works closely with church leaders.

Irineos said he spends his isolated days praying, reading and writing. He still wears the traditional black garb and hat of Greek Orthodox clergy.

As Orthodox Christians celebrated Christmas Thursday, Irineos said he performed Mass by himself, banned from entering a church just a few steps away. He offered blessings to supporters using a cell phone — his primary link with the outside world.

From time to time supporters would shout greetings up to him from the street, and he responded with wishes for a happy new year.

A Palestinian Muslim from Jerusalem’s Old City, who called himself Abu Amar, said he has been sending bread, vegetables and water up to the former patriarch, hauling it up by rope, for almost three years. Despite their different religions, he feels a humanitarian urge to provide for Irineos’ needs.

« I had a good relationship with him, and I still do, » Amar said. « I cannot neglect him. »

Israeli police said they haven’t responded to the alleged imprisonment because no complaint has been filed. Irineos believes his plight should be handled within the church and not through police intervention, and the power to free and redeem Irineos lies in God’s hands, said Daniel Robbins, an attorney who was able to visit Irineos twice in recent weeks.

Robbins said while representing a different client in a case in which Irineos was a witness, a court order forced church officials to allow him to enter his home.

« He has no family, no one that visits him and his life and everything is the patriarchate, » Robbins said.

================================================
Traduction
Un Patriarche déchu derrière des portes verrouillées à Jérusalem
L’ancien patriarche grec orthodoxe Irineos declare que le nouveau patriarche l’a emprisonné parce qu’il vend des terrains a Jérusalem-Est aux Juifs.
Il ya six ans, il était le patriarche de l’Eglise orthodoxe grecque en Terre Sainte . Aujourd’hui , Irineos I declare qu’il est prisonnier dans l’enceinte de l’église de la vieille ville de Jérusalem, emprisonné par son successeur qui l’a renversé à cause d’un différend sur la vente de biens de l’Église à des colons israéliens .

Les journalistes qui ont essayé d’approcher le , jadis , chef de 100.000 fideles orthodoxes en Terre Sainte à travers la porte de métal massif se sont vu refuser l’entrée par les gardes de l’église qui surveillaient à travers une ouverture  .

Irineos a parlé à l’Associated Press ce jeudi via un microphone sans fil hissé au bout d’une corde jusque son toit – dans le mêmes sac à provisions noir que ses partisans utilisent tous les soirs afin de lui livrer des vivres . »Ils ne permettent à personne d’entrer ou de sortir et me rendre visite», a déclaré Irineos. « Ils ont peur des gens parce que je suis aimé par le peuple , et j’aime le peuple» at-il dit dans le micro , regardant par-dessus le bord de son toit .

Il s’agit d’une serieuse dégringolade pour un homme qui a dirigé ses fideles pendant quatre ans comme une figure spirituelle vénérée .

Irineos a déclaré que son successeur, Theofilos III, ne permettra pas à des avocats, des médecins ou des visiteurs d’entrer dans la maison ou il a vécu pendant près de 40 ans . Il dit avoir été piégé il y à trois ans pour avoir refusé de concéder le patriarcat .

Les responsables de l’église ont nié qu’il était en résidence surveillée, mais d’autres disent qu’il est effectivement retenu contre son gré.

L’église a destitué Irineos en 2005 suite aux allégations qu’il aurait signé une transaction foncière pour remettre des biens ecclésiastiques aux Juifs qui cherchent à accroître leur présence dans Jérusalem-Est majoritairement arabe dont les Palestiniens veulent pour capitale de leur futur État . Irineos a refusé de reconnaître sa destitution .

Les Palestiniens considèrent la vente de terres aux Juifs comme un crime grave et la plupart des chrétiens orthodoxes à Jérusalem sont des Palestiniens .

Irineos maintient qu’il n’était pas au courant des transactions et qu’il n’a rien fait de mal . Un rapport commandé par l’Autorité palestinienne en 2005 a conclu qu’il n’a pas participé à l’une de ces ventes . Quand il a été destitué, ses défenseurs ont déclaré que les accusations de vente de terrains ont été forgées de toutes pièces par ses adversaires politiques .

« Je demande tous les jours à Dieu de révéler la vérité», a t-il dit . « Il n’ya pas d’autre patriarche . Je suis le patriarche . »

Les querelles politiques à l’intérieur de la communauté grecque orthodoxe , toujours compliquées , sont devenues vicieuses ces dernières années .

Le nombre de chrétiens en Cisjordanie et à Jérusalem ont diminué ces dernières décennies les disciples cherchant de meilleures perspectives économiques ailleurs . En outre, les chrétiens parlent de persécution par la majorité musulmane en Cisjordanie, mais toujours de façon anonyme craignant des représailles .

Le remplacement d’Irineos n’a pas été reconnu par les trois gouvernements ayant compétence sur le patriarcat – Israël, la Jordanie et l’Autorité palestinienne – jusqu’en 2007.

Un fonctionnaire de haut patriarcat à Athènes, en Grèce, a réfuté que Irineos soit en résidence surveillée et plusieurs hauts conseillers de Theofilos ont refusé de commenter, d’autres ont traité Irineos de menteur. Theofilos est apparu en public à Noël le jeudi à Bethléem , mais n’était pas disponible pour faire des déclarations .

Deux fonctionnaires proches du Patriarcat de Jérusalem, un évêque de premier plan qui a parlé sous couvert d’anonymat par crainte de représailles, a confirmé que Theofilos maintient Irineos contre son gré apres leur querelle et par crainte qu’Irineos essaye de récupérer son ancien poste .

« Le nouveau patriarche a puni l’ancien et le garde derrière des portes closes pour sécuriser sa position », a déclaré Marwan Tubasi chef du Conseil des organisations orthodoxes arabes et fonctionnaire de l’Autorité palestinienne qui travaille en étroite collaboration avec les dirigeants de l’église .

Irineos dit qu’il passe ses journées d’isolément à prier à lire et à écrire . Il porte encore le costume traditionnel noir et le chapeau du clergé orthodoxe grec .

En tant que chrétien orthodoxe fêtant Noël ce jeudi , Irineos dit qu’il célèbre la messe lui-même comme il lui est interdit d’entrer dans l’église à quelques pas de là . Il a donné sa bénédiction à ses partisans en utilisant un téléphone cellulaire – son principal lien avec le monde extérieur .

De temps en temps ses partisans lui criaient leurs salutations depuis la rue, et il leur répondait en souhaitant une bonne et heureuse année nouvelle .

Un musulman palestinien de la Vieille Ville de Jérusalem, qui se faisait appeler Abou Amar, a dit qu’il a envoyé du pain des légumes et de l’eau à l’ancien patriarche par son câble de halage depuis près de trois ans . En dépit de leurs différentes religions, il ressent le besoin humanitaire de subvenir aux besoins d’Irineos .

«J’avais une bonne relation avec lui et je l’ai encore, » dit Amar. « Je ne peux pas le négliger. »

La police israélienne dit qu’elle ne peut pas intervenir à propos de l’emprisonnement présumé parce que personne n’a déposé plainte . Irineos croit que son cas devrait être traitée dans l’église et non pas grâce à l’intervention de la police, et le pouvoir de libérer et d’innocenter Irineos se trouve entre les mains de Dieu , a déclaré Daniel Robbins, un avocat qui a pu se rendre par deux fois chez Irineos ces dernières semaines .

Robbins a déclaré représenter un autre client dans une affaire dans laquelle Irineos était un témoin , une ordonnance du tribunal a obligé les responsables de l’église de lui permettre d’entrer chez lui .

« Il n’a pas de famille, personne pour lui rendre visite et toute sa vie c’est le patriarcat » dit Robbins.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s